Des nouvelles au roman… il n’y a qu’un pas

La nouvelle est un genre littéraire particulier. Elle se doit de ne mettre en scène qu’un nombre restreint de personnages, avec un déroulement actif de l’histoire, tout en se terminant par une chute le plus inattendue possible. La nouvelle doit donc être un texte court. Mais pourquoi ne pas aller plus loin ?

A contrario, un roman est une histoire longue, multipliant les personnages, les situations, les descriptions, ou encore les rebondissements.
Mais pourquoi ne pas partir sur un autre genre littéraire ? Des nouvelles qui, mises bout à bout, formeraient une histoire longue…  Une série d’histoires courtes développant chacune leurs propres rebondissements et chutes, formant au final une histoire longue qui pourraient être lue telle un roman.

La littérature ne doit pas être quelque chose de figé dans le temps. La littérature n’est pas un élément secondaire de la culture. Malgré l’omniprésence du numérique, internet, télévision… elle se doit de savoir évoluer pour subsister et conserver une véritable influence et importance culturelle.
Ecrire, lire… sont des activités nécessaires au bon développement de chacun. Plutôt que de se morfondre de l’importance sans cesse plus grande du numérique et du virtuel, il faut profiter de ces technologies, accessibles au plus grand nombre, pour redonner ses lettres de noblesse, aux yeux des plus jeunes du moins, à la littérature.

Ainsi, de petites histoires courtes, nouvelles, adaptées de façon à former une seule histoire longue, proche du roman, est une solution à étudier sérieusement pour intéresser le plus grand nombre de personnes possible, tout en faisant vivre la littérature.
C’est pour cette raison que j’ai décidé de tenter de développer ce nouveau style à partir de l’une de mes nouvelles, à savoir Destruction Cérébrale.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Avec mots-clefs , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à Des nouvelles au roman… il n’y a qu’un pas

  1. Mon café lecture a écrit:

    Bonne idée ! Une suite de nouvelles ou une histoire à épisodes, pourquoi pas… Cela me rappelle les « Chroniques martiennes » de Ray Bradbury, écrites tantôt du point de vue des terriens, tantôt du point de vue des martiens. Ou alors un vrai roman, à condition que les nouvelles aient été écrites dans cette optique dès le départ pour éviter un gros travail de réécriture…

  2. Pingback:Les Chroniques lifiennes : Des nouvelles au roman « Clément Hourseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *