Lis tes rêves

La nouvelle année débutant, il convient de souhaiter à tous une bonne et heureuse année 2013. Une année qui, pourquoi pas, peut être placée sous le signe du rêve. Non pas que la situation globale de notre société pousse réellement à rêver, c’est une évidence. Néanmoins, quoi de mieux que de se plonger dans sa propre imagination, d’y chasser tout ce qui pourrait l’assombrir, pour ensuite se sentir partir au plus profond de soi, sans aucune limite.

Malgré quelques semaines « d’absence » ici même, je n’ai pas cessé d’écrire pour autant. Je me suis, moi-même, plongé au plus profond de mon imagination. De là est née une nouvelle fiction, basée sur la nouvelle Out of Earth. Une suite de quelques pages permettant de développer une histoire plus complète et plus approfondie encore. Tout n’est pas encore terminé, mais cela ne devrait plus être qu’une question de jours.
Dans le même genre, un autre projet d’écriture de même envergure -de dix à vingt pages environ- est en prévision. Une idée venue en plein milieu de nuit, lors d’un rêve somme-toutes assez étrange, mais qui finalement pourrait bien s’avérer intéressante. A l’heure actuelle, ce projet se texte se nomme 1906. Titre définitif ou pas, je ne sais pas encore. Affaire à suivre…

Toujours dans le thème de la nouvelle année, une bonne résolution qui n’en est vraiment une. A savoir, maintenir la diffusion de mes textes sous sa forme actuelle. Des licences libres, une grande facilité d’accès, leur présence sur divers sites/forums de téléchargement, et bien d’autres choses encore.
Cette nouvelle année, qui s’annonce dans la plus pure lignée de ses prédécesseures sur un plan global, promet en revanche d’être particulièrement intéressante sur le plan littéraire. Tant qu’aucune taxe, ponction, prélèvement, ou même atteinte à la liberté d’imaginer ne seront instaurées, tout ira bien de ce côté, et pour longtemps !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Out of Earth

QR Code Out of Earth

Voici ma dernière création. Une nouvelle, intitulée Out of Earth, plutôt axée science-fiction. Elle raconte l’histoire d’un jeune homme, écrivain, qui a l’occasion de quitter la Terre. Désapointé par la façon dont à évolué l’espèce humaine et ayant l’opportunité de réaliser son plus grand rêve, il accepte. Il s’apprête à élir domicile dans l’espace. Bien lui en a pris…

Tout comme l’ensemble de mes autres textes, celle-ci est publiée sous ma marque éditoriale Univers Parallèle. Sa visualisation, son téléchargement et son partage sont totalement libres et gratuits. Elle est diffusée sous licence Créative Commons BY-NC-ND.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Les Chroniques lifiennes : Des nouvelles au roman

MàJ du 21 novembre 2012 : Modification de la chute de Khéops (dernière phrase de la nouvelle), afin de la rendre plus en adéquation avec le nouveau genre développé pour les Chroniques lifiennes.

———————

Je l’annonçais il y a une dizaine de jours, des nouvelles peuvent parfaitement donner naissance à un roman. Un roman d’un style assez particulier, mais formant une véritable histoire. C’est ainsi que prennent naissance les Chroniques lifiennes, une histoire basée sur la nouvelle Destruction Cérébrale.

Ces chroniques raconteront l’histoire des lifiens, une race extra-terrestre technologiquement avancée et grandement liée à l’évolution et à l’Histoire de l’Homme. Une race extra-terrestre jusqu’alors inconnue de l’espèce humaine.
La deuxième nouvelle composant cette histoire vient d’ailleurs d’être publiée. Intitulée Khéops, celle-ci prend place dans un décor de sable et pyramides, puisqu’elle se déroule, comme son nom l’indique, au sein de la monumentale pyramide de Khéops, en Egypte.

La lecture à la suite de ces deux premières nouvelles des Chroniques lifiennes peut laisser apparaître certains éléments allant en contradiction les uns des autres. Il s’agit d’une situation parfaitement normale, puisqu’elle servira de base au troisième texte des Chroniques lifiennes. Un texte 100% (ou presque) extra-terrestre…
Alors à vos écrans, puisque les Chroniques lifiennes, histoire de science-fiction si il en est, sont accessibles librement et gratuitement en ligne (ici), et sont bien évidement placées, tout comme l’ensemble des articles de ce blog, sous licence Creative Commons BY-NC-ND.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Nouvelle technologie et antique invention

L’écriture est une invention multi-millénaire. Elle est, à travers l’Histoire de l’Humanité, une composante évidente et indispensable à l’Homme et à son évolution. Fortement « concurrencée » par nombre de nouvelles technologies ayant tendance à la « désacraliser », l’écriture peut pourtant très bien cohabiter avec ces dernières.

C’est la raison pour laquelle j’ai fais le choix de l’évolution, afin de rendre mes textes accessibles le plus simplement possible et ce sur un maximum de plateformes mobiles, grâce l’utilisation des QRcodes. Il suffira ainsi de scanner le code en question avec son téléphone mobile ou sa tablette tactile, afin de se connecter directement à l’œuvre choisie sur ce support.
Ainsi, l’une des plus antiques inventions de l’Homme parvient-elle à cohabiter sans la moindre difficulté avec une nouvelle technologie bien qu’à priori, celles-ci n’ont aucun lien entre elles.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Partagez vos ouvrages sur internet

Internet est aujourd’hui devenu un outil incontournable, et ce quelque soit le domaine dans lequel vous exercez. C’est en particulier vrai dans le monde de l’écriture. Internet offre aux auteurs et écrivain des opportunités inédites dans l’Histoire, leur permettant de diffuser leurs œuvres au plus grand nombre et sans aucun frais.

Pour beaucoup d’écrivains et d’artistes en général, lorsqu’il est question d’internet pour la diffusion d’une œuvre, le réseau mondial est en premier lieu synonyme de « piratage ». Et si il est vrai que nombre d’œuvres diverses et variées (livres, films, musiques…) sont rendues accessibles en ligne de façon gratuite et illégale, il n’en reste pas moins que les auteurs peuvent eux-même faire ce choix de du partage gratuit.
C’est d’ailleurs une véritable occasion de profiter de canaux de diffusion sans commune mesure avec ce que pourrait espérer au auteur se contentant des circuits traditionnels de l’édition.

Ainsi, diffuser soit-même ses œuvres sur les forums de partage et les sites de peer to peer est un moyen des plus simples pour favoriser la découverte de votre création. Bien sûr, ce sont des diffusions qui ne vous rapporteront rien, de façon directe,  en terme financier. Néanmoins, leur « bénéfice » sera tout autre.
Pour un auteur auto-édité, la première nécessité est de se faire connaître. Il ne faut pas espérer, tout du moins dans les premiers temps, faire un chiffre de ventes mirobolant. Aussi, pour se faire connaître, pourquoi ne pas attirer gratuitement des lecteurs potentiels sur vos œuvres, et de rendre leur accès libre et gratuit ? Car c’est bien ce que permet internet de nos jours.

De fait, pour rendre les choses le plus clair possible, il est préférable, dans ce cas, d’opter pour une licence Creative Commons BY-NC-ND (ce n’est pas une obligation) sous laquelle sera placée votre texte. Un texte que vous diffuserez, dans l’idéal, au format PDF, afin d’éviter qu’il ne puisse être modifié, si toute fois vous ne souhaitez pas le rendre modifiable.
Ensuite, au niveau de la mise en page, à chacun de voir ce qu’il préfère. Néanmoins, il peut être intéressant d’insérer, avant le début de votre histoire, une page blanche sur laquelle vous rappellerez les principaux termes de la licence sous laquelle vous avez placé votre œuvre, ainsi qu’un ou plusieurs liens dirigeants, par exemple, sur votre site personnel ou sur la version papier (donc payante) de votre ouvrage. Ainsi, vos « lecteurs gratuits » pourront, si ils le souhaitent, découvrir vos autres textes, et même vous commander des exemplaires papier.
Dans un autre ordre d’idée, si vos textes ne sont pas disponibles au format papier, vous pouvez très bien indiquer un lien dirigeant vos lecteurs sur une page de don.

A noter que ce genre de diffusion permet d’attirer assez rapidement plusieurs dizaines, voir centaines, de lecteurs potentiels sur vos œuvres. Malgré tout, cela ne pourra jamais, du moins pas encore, remplacer les librairies physiques, salons du livre… pour se faire connaître. Il peu cependant s’agir d’un moyen simple, gratuit et à la portée de tous de se faire connaître un peu plus en tant qu’écrivain.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Scribd.com passe en français

J’expliquais il y a quelques mois (ici) la raison pour laquelle je quittais Scribd.com, pour aller diffuser mes textes en ligne sur Youscribe.com. Bien que m’en sortant sans réel problème avec la langue de Shakespeare, j’ai la forte tendance à préférer celle de Molière… ce qui en soit est assez logique. Sauf qu’aujourd’hui, les choses ont quelque peu évolué.

Elle n’ont pas évoluées dans le sens où l’anglais serait devenu ma langue « favorite ». Non, quand même pas. Elles ont plutôt évoluées dans le sens où Scribd est désormais disponible en français. Un changement qui ne manquera certainement pas d’intéresser grand nombre d’auteurs écrivant en français et qui souhaitent diffuser leurs textes en ligne.
Il est tout de même nécessaire de noter que certaines traductions sont assez approximatives. De même, certains termes plus ou moins techniques peuvent tout simplement ne pas avoir été traduits.
A titre personnel je ne pense pas changer une nouvelle fois et repasser à Scribd comme service de diffusion principal. Tant pour des raisons techniques (intégration de mes textes sur mon site) que de satisfaction. En effet, Youscribe me donnant parfaitement satisfaction , je n’ai pas envie de perdre du temps à effectuer une nouvelle migration, en sens inverse cette fois. Ce qui ne m’empêche pas de continuer à diffuser l’ensemble de mes textes également via Scribd, afin de ne me fermer aucun canal de diffusion.

Aussi, tous mes textes sont disponibles directement depuis mon site personnel grâce à l’intégration via Youscribe, mais aussi, encore et toujours, sur Scribd.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Ca space ici

Présentée au concours de nouvelles 2012 des amis de la cité de l’espace, Ca space ici raconte l’histoire de colons humains partis en direction de l’étoile Alpha Centauri, située à quatre années lumière de la Terre. Leur objectif numéro un  est de coloniser cette planète, de laquelle des communications extra-terrestres ont été reçus.

Les résultats du concours ne sont pas encore connus, du moins à titre personnel, mais ceux-ci étant censés être officialisés depuis hier soir, plus rien ne s’oppose à la mise en ligne de Ca space ici.
Diffusée sous licence Creative Commons BY-NC-ND, la nouvelle peut être consultée, téléchargée et partagée librement et gratuitement.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Des nouvelles au roman… il n’y a qu’un pas

La nouvelle est un genre littéraire particulier. Elle se doit de ne mettre en scène qu’un nombre restreint de personnages, avec un déroulement actif de l’histoire, tout en se terminant par une chute le plus inattendue possible. La nouvelle doit donc être un texte court. Mais pourquoi ne pas aller plus loin ?

A contrario, un roman est une histoire longue, multipliant les personnages, les situations, les descriptions, ou encore les rebondissements.
Mais pourquoi ne pas partir sur un autre genre littéraire ? Des nouvelles qui, mises bout à bout, formeraient une histoire longue…  Une série d’histoires courtes développant chacune leurs propres rebondissements et chutes, formant au final une histoire longue qui pourraient être lue telle un roman.

La littérature ne doit pas être quelque chose de figé dans le temps. La littérature n’est pas un élément secondaire de la culture. Malgré l’omniprésence du numérique, internet, télévision… elle se doit de savoir évoluer pour subsister et conserver une véritable influence et importance culturelle.
Ecrire, lire… sont des activités nécessaires au bon développement de chacun. Plutôt que de se morfondre de l’importance sans cesse plus grande du numérique et du virtuel, il faut profiter de ces technologies, accessibles au plus grand nombre, pour redonner ses lettres de noblesse, aux yeux des plus jeunes du moins, à la littérature.

Ainsi, de petites histoires courtes, nouvelles, adaptées de façon à former une seule histoire longue, proche du roman, est une solution à étudier sérieusement pour intéresser le plus grand nombre de personnes possible, tout en faisant vivre la littérature.
C’est pour cette raison que j’ai décidé de tenter de développer ce nouveau style à partir de l’une de mes nouvelles, à savoir Destruction Cérébrale.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Nouvelle organisation

Cela fait quelques temps que je travaille sur cette évolution importante de l’organisation de mes sites. Jusqu’à présent il y avait mon site principal -celui sur lequel j’écris cet article-, ma bibliothèque en ligne et celui de ma marque éditoriale. Autant le dire de suite, ces trois sites vont continuer d’exister. Chacun ayant sa propre utilité, les évolutions n’ont pas lieu à ce niveau là.

Ce qui va changer, c’est la destination de chacun de ces sites. Si ma marque éditoriale n’évolue pas, ce n’est pas le cas des deux autres. Aussi, mon site principal -celui-ci- devient mon blog. Je continuerais d’y publier des articles comme auparavant, mais il n’aura plus vocation à me présenter en premier lieu. De ce fait, sont adresse internet va devenir : http://leblog.clement-hourseau.com
Ce rôle de site principal reviendra à mon « ancienne » bibliothèque, dont le contenu a été renforcé et adapté à cette nouvelle fonction. Ce site offrira toujours la possibilité de consulter gratuitement l’ensemble de mes textes ainsi que des extraits de mes ouvrages. Or éléments extérieurs (images…), celui-ci sera placé entièrement sous licence Creative Commons. La page d’accueil a d’ailleurs été modifiée en conséquence, apportant beaucoup plus de fonctionnalités. Sa nouvelle adresse sera : http://clement-hourseau.com

Ces évolutions sont terminées en ce qui me concerne. La dernière étape avant que tout ceci ne soit définitif est d’ordre technique et concerne quelques paramètres liés aux noms de domaines. tout devrait être effectif au plus tard dans les heures à venir.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Science fiction : Mémoire centrale…

Ma dernière publication commençait à remonter à pas mal de temps. Heureusement, ça c’était avant. Voici une nouvelle… nouvelle, intitulée Mémoire centrale, plutôt axée science-fiction.

Tout comme l’ensemble de mes autres textes, celle-ci est publiée sous ma marque éditoriale Univers Parallèle.
Sa visualisation, son téléchargement et son partage sont totalement libres et gratuits. Elle est diffusée sous licence Créative Commons BY-NC-ND.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND