Auto-édition et compte d’auteur

image issue du site : http://livreaucentre.fr/

image issue du site : http://livreaucentre.fr/

Le monde de l’édition est, si l’on peut dire, divisé en trois. D’un côté, il y a le compte d’éditeur : les éditeurs « classiques » qui prennent en charge la totalité de la création de l’ouvrage sans aucun frais pour l’auteur. Au « centre », se trouve l’auto-édition : l’auteur lui-même se charge de tout. Et pour terminer, il reste l’édition à compte d’auteur : l’auteur confie la charge à une (pseudo) maison d’édition qui se charge de tout contre rémunération. Quelles sont donc les vraies différences entre auto-édition et compte d’auteur ?

L’édition à compte d’auteur :
Dans la très grande majorité des cas, puisqu’il ne serait pas honnête de généraliser, les éditeurs à compte d’auteur  se définissent eux-même comme des maisons d’édition. Elles proposent généralement des services comparables à ceux des éditeurs classiques. Néanmoins, là où le bas blesse, c’est qu’il est nécessaire, pour l’auteur, de payer d’importantes sommes pour que le processus de publication de son ouvrage soit lancé.
Bien sûr, officiellement parlant, une sélection des textes est effectuée par un comité de lecture. Il n’en reste pas moins qu’il est fortement permis de douter de cette sélection lorsque l’on prend en compte que chaque manuscrit approuvé est susceptible de rapporter plusieurs centaines, voir milliers d’euros à « l’éditeur ».
En outre, en guise de diffusion de l’ouvrage, il ne s’agit, souvent, que d’un simple référencement dans quelques librairies en ligne ainsi que sur le propre site de l’éditeur. D’autant plus que pour ces « éditeurs », l’important ce n’est pas le nombre de vente de chaque ouvrage, puisque la majeure partie des bénéficies sont réalisés avant publication, via les paiements des auteurs eux-même.

A chaque auteur donc de se pencher sur la question et de bien étudier le « contrat d’édition » (exemple de contrat d’édition valable, à compte d’éditeur) proposé par un éventuel éditeur à compte d’auteur. La principale interrogation à avoir est : « Est-ce que voir mon manuscrit se transformer en véritable livre nécessite de payer plusieurs milliers d’euros ? »
Car il est tout à fait possible d’arriver au même résultat que l’édition à compte d’auteur en passant par l’auto-édition. Le tout pour un coût de seulement quelques dizaines d’euros maximum…

L’auto-édition :
L’auto-édition consiste, pour un auteur, à organiser la publication de son ouvrage de A à Z, sans passer pas une maison d’édition. S’auto-éditer demande une grande implication et de nombreuses recherches, en particulier pour tout auteur n’ayant que peu de « connaissances techniques » du monde de l’édition. Ce sont toutes ces difficultés qui poussent généralement un auteur à se tourner vers le compte d’éditeur. Pourtant, il est tout à fait possible de « sous-traiter » ces étapes techniques (exemple, mon propre service d’aide à l’auto-édition) pour des sommes incomparables à ce que demandent les éditeurs à compte d’auteur.
Autre grande différence, en auto-édition l’auteur ne signe aucun contrat puisqu’il réalise lui-même son ouvrage, et conserve donc la totalité de ses droits sur son ouvrage. Il peut l’exploiter comme bon lui semble, sans avoir le moindre compte à rendre à un quelconque éditeur.

L’auto-édition est un système nécessitant pour l’auteur de s’y connaître dans tous les domaines techniques de l’édition (sauf à confier certaines étapes à un tiers). Il est nécessaire de pleinement s’impliquer dans la diffusion de son ouvrage et de bien garder à l’esprit, à l’inverse de ce que laissent entendre bon nombre d’éditeurs à compte d’auteur, qu’à moins de créer un vrai buzz ou d’avoir une certaine notoriété pré-existante, les chances de voir son ouvrage dépasser quelques centaines de ventes est faible.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Les personnages

Le choix de vos personnages est un élément important de votre histoire et de votre futur ouvrage. C’est lui qui dessinera les contours de nombreux passages de vos écrits. Alors, vaut-il mieux avoir un héros masculin, ou bien choisir une héroïne ? Ou peut-être faut-il mêler les deux ?

Et bien sachez que cela dépend uniquement de vous en tant qu’auteur. Bien sur, une telle réponse peut paraître évidente et rendre l’écriture d’un article sur ce sujet… sans le moindre intérêt. Oui, mais…
Vos personnages doivent être choisis en fonction de vos goûts, de vos attentes, de la tournure que vous souhaitez donner à votre histoire. Très souvent, aussi bien dans les livres que les films, les deux sexes sont mêlés, et finissent par plus ou moins se rapprocher à un moment ou à un autre. Sauf qu’il ne s’agit là que d’une conception purement « sociologique », et surtout pas d’une règle définie et inaltérable.

Dès lors, vous pouvez très bien décider de casser les codes, en créant des personnages antinomiques. Rien ne vous interdit de d’aller à l’encontre de ce qui se fait habituellement. En aucun cas vous n’êtes obligés de développer une quelconque histoire d’amour entre deux personnages de sexes opposés, tout comme vous pouvez sans problème en créer une entre deux autres d’un même sexe.
Rien ne vous pousse non plus à ce que votre héros soit un homme, et qu’il soit épaulé par une femme. Vous êtes parfaitement libres de faire le choix inverse, d’aller à contre courant. D’ailleurs, là je parle de héros et d’héroïnes… si vous le décidez ainsi, vous tout aussi bien ne pas en avoir et vous débrouiller avec toute une cohorte de personnages d’importance égale pour votre ouvrage.

Tout ceci pour vous dire que le choix des personnages, mais également de tout ce qui incombe à votre histoire vous revient à vous, et uniquement à vous. Il n’y a aucune règle définie à ce sujet, et vous avez une totale liberté de faire les choses comme bon vous semble.
J’irais même jusqu’à dire que dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, le plus difficile n’est pas de suivre ce qui se fait « en général », mais bien de le prendre le contre-pied et de se forger son véritable style personnel. Celui avec vous serez véritablement à l’aise. Ensuite, peu importe les critiques positives ou négatives. Du moment que votre histoire est parfaitement structurée et bien écrite, que votre style est bien affirmé, personne ne pourra jamais vous l’enlever.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND