ReLire : la Bnf et le Ministère de la Culture… du piratage à grande échelle

logo_relire« ReLIRE vous donne accès à une première liste de 60 000 livres indisponibles du XXe siècle : des livres sous droits d’auteur, publiés en France avant le 1er janvier 2001, et qui ne sont plus commercialisés. Si les titulaires de droits ne s’y opposent pas, ces livres entreront en gestion collective en septembre 2013. Ils pourront alors être remis en vente sous forme numérique.« 

ReLire est le nouveau service la BnF (Bibliothèque nationale de France). Il s’agit, à terme, de rendre disponible un catalogue de plus 500 000 titres, lesquels ont été publiés au plus tard le 1er janvier 2001 et dont la disponibilité n’est aujourd’hui plus assurée.
A relater les choses comme cela, aucun doute qu’il s’agit d’une initiative intéressante et qui ne peut être que louée. Pourtant, il est clairement indiqué que la totalité de ces ouvrages sont « sous droit d’auteur ». Il faut donc comprendre que personne mis à part leurs auteurs ne peut s’arroger le moindre droit à leur sujet.
Néanmoins, c’est ce que font le ministère de la Culture et la BnF… à moins que les auteurs desdits ouvrages ne se manifestent et s’opposent à ce que leur(s) titre(s) apparaissent dans la base de donnée ReLire et soient au final numérisés. Car ce qui attends les textes qui entreront dans ce « moule », c’est d’être gérés par une société de gestion collective. C’est à dire que si un auteur ne fait pas « opposition », l’ensemble des droits de ses textes seront transférés à cette société de gestion… qui pourra en faire ce qu’elle souhaite, en particulier générer des revenus. Tout ceci sous couvert d’une loi votée en mars 2012 afin d’installer un « cadre légal ».

Il s’agit là ni plus ni moins d’une forme d’expropriation des droits d’auteur. De piratage même organisé et « légalisé » même, lorsque l’on sait que la convention de Berne, signée et ratifiée par la France depuis les lustres indique clairement que « La jouissance et l’exercice de ces droits ne sont subordonnés à aucune formalité ; cette jouissance et cet exercice sont indépendants de l’existence de la protection dans le pays d’origine de l’œuvre. »
C’est à dire que rien ne doit s’opposer à l’auteur dans la gestion de ses droits d’auteur. Plus grave encore, « la jouissance et l’exercice de ces droits ne sont subordonnés à aucune formalité. » Ainsi, il est clairement illégal d’obliger un auteur à se manifester et de prouver sa paternité pour empêcher que ses œuvres ne lui soient spoliées…
Dans le même temps, la législation française sur le droit d’auteur dispose sans détour que « l‘auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. » (article L111-1 du Code la Propriété Intellectuelle).

Pour faire une analogie, ce que sont en train de préparer la BnF et le Ministère de la Culture s’apparente parfaitement à la création d’un site proposant des centaines de milliers de films en tous genres, avec obligation pour leurs auteurs de s’opposer à la diffusion pour que celle-ci n’ai pas lieu. Cela fait des années que l’on bassine à faire entrer ceci dans nos têtes, et ces mêmes instituions qui nous le rabâche sans cesse sont les premières à se fourvoyer dès qu’elles ont en l’occasion.
Sauf qu’elles vont encore plus loin dans leurs actions. Car comme indiqué ci-dessus, avec ReLire, ces sont tout bonnement les droits de ces ouvrages qui se trouvent transférés. Cela revient, dans mon exemple de site de diffusion de films, à s’arroger les droits du dernier film Hollywoodien si ses producteurs, réalisateurs… ne se manifestent dans un délai de six mois. Ce qui est parfaitement abjecte.

J’invite donc tout auteur dont les œuvres se trouveraient dans la liste (et dans les futures listes) de ces œuvres « indisponibles du XXème siècle » à se manifester dans les plus brefs délais afin de s’opposer à ce vol des droits d’auteur. Vous avez jusqu’au 21 septembre 2013 pour ce faire.
Si par malheur vous arrivez trop tard, seule une plainte devant les tribunaux pourra vous rétablir dans vos droits, ce qui à n’en pas douter se produira très rapidement. A moins que le Conseil Constitutionnel ou le Conseil d’Etat ne censurent ce texte de loi déplorable au préalable.

(source : actualitté.com)

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

L’intérêt historique du livre papier

Depuis la nuit des temps l’écriture est, et reste, le meilleur meilleur moyen de léguer un héritage culturel aux générations futures. Qu’il s’agisse de gravures, de parchemins ou de livres, cette technique est à ce jour sans égal pour témoigner d’époques pourtant révolues.

Qu’un texte décrive des évènements réels, qu’il relate une histoire vraie ou qu’il ne s’agisse « que » de fiction, le livre est toujours resté à la mode. Il faut dire qu’il s’agit d’un support capable de bien vieillir, et, très important, qui ne nécessite aucun appareil technologique pour être lu. Ainsi, quelles que soient les progrès de la science, il sera toujours possible de prendre un livre entre ses mains et de s’y plonger.
D’où l’intérêt historique de celui-ci. Peu importe que la mode soit au « dématérialisé », le livre papier est le meilleur moyen de traverser les époques sans soucis. A condition bien sûr de le conserver dans des conditions idéales.

Aussi, la culture littéraire ne peut se passer du « support livre » pour se développer, tant dans l’espace que dans le temps. Un support entraînant d’importants dommages à la nature, qui doit encore évoluer afin d’acquérir une forme plus respectueuse de l’environnement.
De même, un livre n’est pas éternel. Il se doit d’être conservé dans de bonnes conditions pour survivre au temps. De ce point de vue, un livre peut, et doit être numérisé. Cela permet ainsi de le « sauvegarder » d’une façon relativement simple offrant la possibilité d’en faire des copies de sauvegarde ultérieures afin de ne pas le perdre. Il y a cependant un bémol… La technologie évoluant très rapidement, il devient alors nécessaire d’effectuer de telles copies de sauvegarde régulièrement sous chaque nouveau support. Le risque étant qu’avec les progrès, les anciens format de fichiers deviennent totalement illisibles et que le livre soit alors définitivement perdu. Ce qui n’est évidement pas le cas avec le format papier.

Pour conclure, il est presque vital, d’un point de vue culturel et historique, de poursuivre le développement du livre papier. Ce qui n’empêche pas d’en faire des « copies dématérialisées » afin d’assurer de façon encore plus évidente sa conservation.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

La mode : ennemie de la littérature

La mode est ce qui défini de façon plus ou moins poussée l’attitude des personnes souhaitant afficher leur appartenance à une « communauté » adoptant des manières particulières. Il peut s’agir d’une mode vestimentaire, d’une mode « parlée », d’une mode cinématographique, ou encore d’une mode littéraire. Car rien n’échappe à la mode. Le problème étant qu’il s’agisse, par définition, de quelque chose de formaté allant à l’encontre de l’épanouissement de l’imaginaire personnel.

Faire quelque chose comme tout le monde, c’est accepter de se fondre dans la masse. C’est choisir la voie de la facilité. Bien sur, il est toujours possible d’apporter sa propre touche, mais sans jamais se détacher de l’élément à la mode. Ainsi, il n’y a aujourd’hui plus rien d’extra-ordinaire à écrire une histoire d’amour entre adolescents vampires et humains. Tout comme il n’y a plus d’intérêt d’écrire une histoire de sorcier envoyé dans une école de magie et affrontant des méchants magiciens… Il est vrai qu’en partant sur un pente aussi glissante que celle-ci, il est tout à fait de se dire que depuis deux mille ans, tous les types d’histoires ont été abordés et ré-abordés depuis des lustres.
La seule solution pour ne pas tomber dans ces écueils est d’apporter sa propre touche personnelle, tant au niveau du style d’écriture que de celui de l’histoire en elle-même. L’important est de rester fidèle à ses conviction ainsi qu’à ses valeurs, même si celles-ci vont à l’encontre de de ce que la mode littéraire prêche. Il ne faut surtout pas tomber dans la facilité de l’histoire racontant les aventures d’un gentil méchant qui tombe amoureux de l’héroïne avant, ensuite, de se rebeller contre ses anciens acolytes. Faire confiance à sa propre imagination et à sa propre façon de penser sont les bases d’une histoire bien posée et surtout unique.

Tout auteur ne trouvant aucun inspiration au fond de lui et se sentant obligé de reprendre des codes et idées maintes fois repris ne peut pas se définir comme un écrivain légitime écrivain. Car il y a trois types d’auteurs / écrivains.
Les premiers, plutôt rares et rarement reconnus de leur vivant sont les « précurseurs ». Ce sont ceux qui, dans leurs textes et dans leur façon d’écrire, parviennent à imposer aux yeux de tous leurs styles nouveaux, tels des exemples à suivre (et non pas à copier). Il ne s’agit pas, pour être un précurseur, de vendre des centaines de milliers d’exemplaires ou d’être signé par une grande maison d’édition. Seule la reconnaissance unanime des lecteurs, critiques… permet d’élever un écrivain à ce rang.
Viennent ensuite les « originaux ». Ces écrivains qui osent faire confiance à leur imaginaire, qui ne bradent pas leurs styles, et qui osent « bafouer » les règles établies, dans le but de tenter de faire avancer les choses. Ce sont des écrivains à qui il manque encore le petit quelque chose qui fera peut-être d’eux, un jour, des précurseurs, mais qui écrivent avec leur cœur  et leur imaginaire.
Et pour terminer, il y a les « suiveurs », qui, surfant sur un concept à la mode s’imaginent tout de suite être de véritables stars de la littérature dès lors qu’ils sont parvenus à publier leur ouvrage. Là encore, le classement dans cette catégorie n’a rien à voir avec le volume des ventes, un auteur de best-seller pouvant parfaitement se situer à ce niveau.

Aussi, la mode, qui se veux le plus populaire possible, ne peut rien engendrer de nouveau. Bien qu’à l’origine il s’agisse d’un phénomène nouveau, son hyper-banalisation, à tous les niveaux, ne permet pas d’en faire ressortir de nouveauté. Heureusement, la mode est un concept très aléatoire. Malheureusement, l’Homme ne peut se passer de mode pour vivre normalement. Il se doit d’appartenir à un groupe reconnu, et donc d’en accepter les codes, les tenants et les aboutissants. Sous peine de s’en retrouver exclu si jamais il ose s’en démarquer.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

L’intérêt culturel d’une œuvre littéraire quelconque

Des dizaines de millions, ci ce n’est des centaines de millions, de personnes à travers le monde écrivent. Je ne parle pas d’écriture dans le sens « savoir écrire », mais bien dans celui de « produire un travail littéraire ». Parmi cette masse considérable, seule une très petite minorité voient leurs œuvres être diffusées dans des proportions représentant au minimum plusieurs centaines d’exemplaires. Dans ce cas, quel est l’intérêt de ces millions et millions de textes qui ne dépasseront jamais les limites du cercle familial ?

En effet, la question se pose, car ces textes qui jamais ne seront lu à grande échelle représentent l’écrasante majorité de tous ceux écrits à travers le monde. Néanmoins, il serait honteux, inqualifiable et malhonnête de s’arrêter au seul critère du nombre d’exemplaires vendus pour évaluer l’intérêt culturel d’un ouvrage.
Il est évident que Harry Potter, Twilight ou autres Narnia sont des phénomènes culturels de masse. C’est indéniable. Pourtant, leur intérêt culturel n’est certainement pas plus grand que celui de tous les autres textes de ce genre. Ils ont eu la chance de d’être repérés et dévoilés au monde entier, tels des phénomènes, mais… c’est tout.
L’intérêt culturel d’une œuvre, qu’il s’agisse de littérature ou de tout autre domaine, c’est ce qu’elle apporte de concret à l’Homme, avec un grand « H ». En plus de plusieurs milliards de dollars pour les ayants droits, ces œuvres ont également apporté de la magie, de l’évasion dans des mondes nouveaux, du rêve, de la littérature. Et c’est à peu de choses près tout ce qu’il y a à dire… Leur intérêt culturel propre réside donc dans leur capacité à développer l’imagination et à projeter le lecteur dans leurs mondes respectifs. C’est bien, mais c’est peu. Très peu.
En effet. Le gros problème de ces œuvres « grand public », c’est qu’elles sont justement crées dans le but de plaire au plus grand nombre, au détriment de l’auteur, qui sera dès lors susceptible de s’auto-censurer pour ne pas froisser ses lecteurs. Ce qui a pour conséquence directe d’en réduire leur intérêt sur le plan culturel. Car, honnêtement, quel serait l’intérêt d’une société ultra formaté ou tout le monde pense et agit de la même façon ? Oui, je sais, notre société tant justement vers tout ceci…

Mais alors, qu’en est-il de toutes ces œuvrent qui jamais ne connaîtront la postérité ? Sont-elles classés d’office dans la catégorie « sans intérêt » ? Bien sur que non, au contraire.
Ces œuvres « mineures » sont en réalité le moteur de la culture. Ce sont elles, par leur diversité, leurs sujets, les multiples angles (autant qu’il y a d’auteur) sous lesquels elles sont abordées… Les récits d’un poilu plongé dans l’enfer des tranchées de la première guerre mondiale, même perdus au plus profond d’une vielle malle rouillée. Les mémoires qu’un grand père laisse à ses petits ou arrières petits enfants. Les carnets de voyage d’un explorateur auprès de tribus isolée et inconnues. Le récit policier, de science-fiction, d’aventures ou même d’amour, écrit par le petit écrivain sachant conserver ses valeurs personnelles et les transmettre dans ses textes… Voilà ce qu’est la véritable culture. Cette culture qui saura faire évoluer l’Homme dans le bon sens, celui de la diversité, des valeurs trop souvent perdues. Cette culture qui devrait façonner l’avenir de l’Humanité.

Se pose juste le problème de savoir si tous ces véritables, et uniques, moteurs de la culture seraient en mesure de  conserver tous leurs attraits si à leur tour ils devaient se retrouver propulsés sur le devant de la scène. A mon avis, la réponse serait positive… à condition d’enlever toute valeur marchande à tout ce qui est culturel.
C’est une hypothèse qui nécessiterait un travail de fond pharaonique, mais qui ne pourrait qu’être positif pour l’Homme et l’humanité. Car sans culture, il n’y a pas de civilisation qui tienne. Il suffit, pour s’en rendre compte, regarder de quelles façons est-ce que nous analysons aujourd’hui les civilisations passées et disparues. La réponse est tout simple… En étudiant leurs différentes cultures grâce aux traces, objets et textes qu’elles nous ont laissé.
Comme pour ce qui est des fouilles archéologiques, la seule vraie et  est celle qui est cachée. Cachée au fin fond des greniers, des étales des libraires, et même d’internet. Chaque œuvre, en particulier les plus insignifiantes, a son importance !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Le déclin (évitable) de la culture

Le « piratage » est aujourd’hui devenu un terme à la mode pour désigner le partage illégale d’œuvres protégées par le droit d’auteur. Quoi de plus normal. « Piratage », c’est quand même plus vendeur auprès de Madame Michu, ménagère de moins de cinquante ans et lobotomisée par Secret Story et autres René la Taupe.

Il faut dire que de nos jours, la culture n’est plus ce qu’elle était. Il y a plusieurs siècles, et même encore quelques dizaines d’années, le mot « culture » avait un tout autre sens. Il désignait de véritables créations originales, lesquelles avaient pour but d’inculquer des valeurs, de faire passer des messages, ou encore de garnir les têtes devenues aujourd’hui plus creuses que creuses.

Aujourd’hui ? Culture rime avec divertissement, et plus particulièrement avec industrie culturelle. Le divertissement est un but louable, parfaitement adapté aux différentes situations de la vie. Il est nécessaire, et même vital, pour ne pas sombrer dans un monde aussi sombre que le notre.
Le côté « industrie culturelle », lui, est beaucoup moins verdoyant. « Industrie » évoque la noirceur, le cambouis, l’ennuie… côte à côté avec « culturel », cela revient à la mort de la véritable culture. Plus aucune innovation, une vision dépassée du monde, un refus catégorique d’innover sois-même, et encore plus d’accepter une innovation extérieure.
Depuis au moins trente longues années, l’industrie de la culture n’a cessé de formater, petit à petit, les encéphales des dernières générations ayant vue le jour. Plus le temps passait, plus le niveau culturel diminuait inévitablement… jusqu’à aujourd’hui. Aujourd’hui… où le seul but de but de cette industrie est de vendre, vendre, vendre, vendre et encore vendre, toujours plus, afin de permettre à une poignée de « parasites » de vivre de façon totalement indécente et déconnectée de la réalité.

Pour en arriver là, l’industrie culturelle n’a pas eu grand chose à faire. Juste à laisser couler le temps. Mettre de côté, de plus en plus souvent, les véritables talents et encourager à outrance l’éphémère. La seule chose qui compte pour elle, c’est l’argent.
Pourtant, la vraie culture existe toujours. Une culture riche, variée, diversifiée, pour tous les goûts… Une culture qui ne demande qu’à percer et à éclore au grand jour. Sauf que cette culture, elle se trouve écrasée sous le point des majors du cinéma, de la musique, et même de l’édition. Elle se trouve submergée par ces groupies qui ne jurent que par ce qui passe à la télé. Qui, dans vingt ans, se souviendra encore de qui est Justin Bieber ? Paris Hilton et consorts ? Personne. Personne, car dès qu’une nouvelle « veine » est découverte, elle est pressée jusqu’à se tarir, en attendant la découverte d’une nouveau filon. Ainsi, son seul moyen de subsister est de piocher de plus en profond, dans le médiocre, puis le mauvais, pour terminer par les résidus indigestes, où nous sommes immanquablement arrivés.

Et à côté de ça, la vraie culture, elle, ne cesse de se renouveler. Génération après génération. Une culture internationale, que personne ne pourra jamais s’approprier, et qui saura répondre à toutes les attentes, du moment qu’elles seront un temps soit peu « évoluées ».
Mais pour cela, il vous faudra chercher cette culture avec patiente et ne surtout pas vous arrêter aux premières pages des moteurs de recherche, ni aux publicité que vous pourrez voir partout en naviguant sur le web.
De même, pour différencier ces vrais artistes, de ceux formatés par l’industrie culturelle, n’hésitez pas à découvrir les labels, éditeurs, producteurs et autres indépendants, ainsi que les auteurs, peu importe leur domaine culturel, qui se produisent et diffusent eux-même. Découvrez-les. Ils n’attendent que vous pour redonner sa véritable place à la culture.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Pourquoi placer mes textes sous licences Creative Commons ?

Alors que ces derniers temps la question des droits d’auteur revient de plus en plus sur la table, aussi bien dans les domaines de l’écriture, du cinéma, ou encore de la musique, pourquoi avoir chois de placer mes textes et ouvrages sous des licences Creative Commons ?

Tout d’abord, il faut se replacer dans le contexte originel. Au départ, lors de leur création il y a plusieurs siècles, les droits d’auteur avaient pour but de permettre à un auteur de pouvoir vivre de son travail créateur, le temps pour lui de créer une nouvelle oeuvre qui à son tour le ferait vivre.
Alors que les moyens de communication et de reproduction étaient extrêmement limités, il n’était techniquement pas possible de rentabiliser ses créations aussi rapidement que de nos jours avec internet.

Aujourd’hui, avec l’avènement de l’informatique, d’internet et des nouvelles technologies dans leur ensemble, une oeuvre peut-être diffusée à travers le monde en seulement quelques clics. Cela ne présage en rien de son impact culturel, mais elle reste néanmoins accessible à la planète entière ou presque.
Pourtant, sous l’influence de quelques grande sociétés internationales qui ont fait du « commerce de biens culturels » leur seule et unique source de profit, la durée de protection des droits d’auteur n’a jamais cessé de s’accroître. En France, pays signataire de la convention de Berne, une oeuvre est protégée soixante-dix ans après le décès de son auteur. C’est à dire que même une fois l’auteur décédé, ses héritiers continueront de toucher des droits d’auteur sur quelque chose qui leur est totalement étranger.

Aussi, qu’un auteur (quelque soit son domaine) puisse vivre, ou du moins espérer vivre, de ses créations durant quelques années est tout à fait normal. Par contre, qu’une seule oeuvre, si elle connait un grand succès, lui permette de vivre sans rien faire du reste de sa vie, cela devient déjà un peu plus limite. Mais encore quand en plus cette seule oeuvre fait également vivre sa descendance, qui n’a jamais rien créé de sa vie, ça devient là totalement absurde.
D’autant plus qu’il ne faut pas se borner. Ce ne sont pas les petits auteurs/créateurs/interprètes… qui bénéficient de ce système. Non, ce sont ceux publiés/produits par les grands groupes de « l’insdustrie culturelle ». Des groupes qui gagnent des milliards d’euros chaque année mais qui ne cessent de se plaindre à longueur de temps en gémissant qu’ils sont en « danger », qu’il faut les « protéger » encore un peu plus chaque jour qui passe. Des groupes qui ne proposent aucune innovation, aucune réelle nouveauté, et qui se gavent sur le dos des consommateurs ainsi que sur celui de bien des artistes (mis à part les véritables stars, qui elles sont bien sur gagnantes) en jouant uniquement sur des droits d’auteur particulièrement restrictifs et en réduisant les possibilités d’accès à la culture.

Voilà tout ce que je refuse. Bien sur, mon choix de diffuser mes textes et ouvrages sous diverses licence Créatives Commons n’a au final qu’assez peu d’influence sur leur diffusion.
Néanmoins, cela laisse de plus grandes libertés à mes lecteurs, qui sont, par exemple, libres de les diffuser à leur tour, gratuitement, à qui bon leur semble. Ainsi, contrairement au « monde fermé » que voudrait imposer la puissante « industrie culturelle », je contribue, très modestement et à ma façon, à la liberté d’accès à la culture.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND