La science-fiction : Une véritable vision du futur ?

image issue de : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Arrivee_Projectile_DTAL.jpg

image issue du site : http://fr.wikipedia.org

Par définition, la science-fiction est « un genre principalement littéraire et cinématographique structuré par des hypothèses sur ce que pourrait être le futur ou ce qu’aurait pu être le présent voire le passé, en partant des connaissances actuelles » (ici). Pour autant, la science-fiction peut-elle être considérée comme étant une vision « fiable » de l’avenir ?

Ne cherchons pas midi à quatorze heures, la réponse est clairement NON. Pas dans le sens ou tout ce qui relève de la science-fiction est nécessaire faut ou irréalisable, mais tout simplement parce que la science-fiction est l’œuvre de l’Homme. Cet Homme qui est probablement l’une des espèce vivante les moins… fiables de la nature.

Néanmoins, sans être une « vision fiable de l’avenir, la science-fiction peut, dans certains cas, apporter une vision plausible de ce que sera l’avenir. Pour ce faire, elle se base sur des faits déjà éprouvés ainsi que les mathématiques, dans le but d’effectuer des prévisions statistiques des choses. Dès lors, lorsque l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) effectue des prévisions de population, ou autre, pour les années 2050, ce n’est plus ni moins qu’une certaine forme de science-fiction basée des statistiques « réalistes ». Mais qu’en est-il en ce qui concerne les auteurs de littérature de science-fiction ?

Au niveau des auteurs de D-F, les choses sont bien différentes. A moins d’être physicien ou scientifique en plus de ses activités littéraires, un auteur ne peut se baser que sur ses propres connaissances et sur son imagination. Ce qui est tout de suite bien moins scientifique comme méthode.
Pourtant, en partant de certains constats de la vie courante, il est possible de développer des idées selon lesquelles tel ou tel constat évoluera de telle ou telle façon dans l’avenir. Parfois, la réalité rejoint la fiction, comme par exemple George Orwell avec 1984 et son « Big Brother ». On pourrait aussi bien citer Jules Verne et plusieurs de ses romans. Tant 20 000 lieues sous les mers que De la Terre à la Lune.
Parfois aussi, jamais la réalité ne croisera le chemin de la S-F. Non pas que les auteurs aient des visions défaillantes de l’état actuel de choses ni de leur évolution, mais simplement parce que des évènements futurs seront venus contrarier leurs points de vue. Ce qui ne remet pas en cause le fait qu’ils aient envisagé l’une des multiples évolutions possible de l’humanité.

Je me risquerait à dire, pour conclure, que la science-fiction est l’un des moteurs de la société actuelle, lui permettant d’évoluer constamment, et ainsi d’éviter un trop grand immobilisme. Reste que la direction choisie par la société échappe à tout contrôle « science-fictionnel » et ne fait que nourrir la S-F, dans une sorte de relation « cause-conséquences » tournant en boucle.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Rêvez avec Rêve de Terre

Publication d’une nouvelle… nouvelle ! Intitulée Rêve de Terre, celle-ci était à l’origine prévue pour être présentée à un concours de nouvelles. Cependant, n’ayant pu la terminer à temps, la date de remise des textes est désormais passée. La voici donc disponible en ligne, bien « rangée » dans ma bibliothèque, rayon « Nouvelles« .

 

La Terre et la nature ne sont pas de la science-fiction… mais NOTRE réalité

maxisciences.com

Je suis auteur de science-fiction. C’est à dire que j’écris des textes imaginaires, plus ou moins liés au monde et évènements contemporains. En aucun cas mes écris ne présentent l’avenir tel qu’il sera dans quelques années. Je n’aurais pas cette prétention. Il ne s’agit que de points de vues possibles. Rien de plus. Néanmoins, une chose est certaine.

Il est certains que j’écris des histoires assez peu flatteuses pour l’Homme et l’humanité dans son ensemble. Mais tout ceci s’appuie sur certains faits que personne ne peut contester : Une gestion déplorable de la Nature et de notre environnement. Entre surconsommation,  surpopulation, destruction des milieux naturels… et bien d’autres choses encore, il est évident que l’Homme vit au jour le jour sans se soucier de l’avenir.
Tout ce qui importe, c’est son confort personnel. Peu importe la Terre qu’il laissera à ses enfants et à se descendants. Il n’en a absolument rien à faire. J’espère vraiment que l’avenir ne sera pas tel que je le décris dans mes fictions. Je l’espère, mais j’ai bien peur que les choses ne fassent, finalement, qu’empirer. Les ressources de notre planète sont limitées, mais ça, personne ne veut l’admettre. Qu’il s’agisse de l’eau ou de tout autre élément naturel, il est plus que temps de prendre conscience que nous vivons aujourd’hui à crédit et que cela ne peut plus durer.

Je voudrais pouvoir écrire que dans cinquante, cent, deux cents ans… la vie sur Terre sera paisible et se fera dans le respect de chacun et en particulier de la Nature, mais je n’y crois pas. L’Homme est ainsi fait qu’il cherche à contrôler tout ce qui l’entoure, au risque de le détruire à petit feu.
Il est nécessaire, rien qu’en partant de constats simples et sans appels tels que cités ci-dessus (surpopulation, surconsommation…), de changer les choses et de respecter enfin la nature. Pour cela, pas besoin de revenir à l’âge de pierre. Non. De petits efforts chaque jour peuvent faire énormément si tout le monde s’y mettait. Installer des ampoules à LED très basse consommation (3 Wh éclairant aussi bien qu’une ampoule à incandescence de 40 Wh). Installer des réducteurs de débits aux robinets (pour passer de 15/20 litres par minute à 5 litres par minute), des pommeaux de douche économisant eux aussi jusqu’à 70% d’eau*.
Bien sûr, tout ceci coûte plus cher que leurs équivalent plus polluants/consommateurs en ressources. C’est évident. Mais il ne faut pas oublier de 70% d’économies en eau, c’est aussi une facture d’eau réduite d’autant… D »penser un peu plus à l’achat pour économiser par la suite, cela s’appelle un investissement. Et si en plus cet investissement permet des économies de ressources, cela devient un investissement durable !

Nous n’avons qu’une seule Terre… et ça, ce n’est pas de la science-fiction… tout comme le fait que si chacun y mettait un peu du sien, il serait possible de améliorer les choses et de préparer un avenir plus agréable et plus solidaire pour les générations futures. Générations auxquelles nous empruntons aujourd’hui la planète que nous habitons. Et ce jour là, peut-être me mettrais-je à écrire des textes de science-fiction envisageant un avenir meilleur et plus beau.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

* Je n’ai bien sur aucun lien avec les sites indiqués, si ce n’est celui d’avoir déjà commandé sur chacun d’eux et d’avoir été parfaitement satisfait. Seulement, pour un sujet pareil, j’ai préféré ne pas renvoyer vers un moteur de recherche mais diriger directement vers deux sites parfaitement adaptés (uniquement de mon point de vue, cela va de soi).

La science-fiction peut-elle influencer la réalité ?

Il y faut distinguer deux types de science-fiction. Deux types bien différents qui ne peuvent, et ne doivent pas , être abordés de la même façon. Deux types tout aussi passionnants et intéressants l’un que l’autre, mais dont l’approche en terme d’écriture est radicalement opposée.

Les deux types de science-fiction sont donc la science-fiction que je qualifierais de « proche », qui peut se voir comme de l’anticipation, et celle plus « éloignée ». La première plonge lecteurs dans un avenir distant de seulement quelques années, au sein duquel ils sont susceptibles de retrouver leurs marques. La seconde, elle, propulse les lecteurs dans un lointain futur, au delà du siècle, supprimant toute possibilité de représentation du monde par rapport à ce qui existe aujourd’hui.

Ainsi, la science-fiction dite lointaine ne se base fondamentalement sur aucun fait actuel. Bien souvent, même si ses racines peuvent avoir pour origine quelque chose de contemporain, elles ne permettent pas vraiment au lecteur de s’y raccrocher de façon à faire le lien entre les évènements passés (notre présent actuel) et la situation actuelle (déroulé de l’histoire).
Inversement, la science-fiction d’anticipation (futur proche) prend, dans la très grande majorité des cas, ses racines de nos jours. Elle se bas généralement sur des évènements ou situations que nous connaissons ou sommes susceptibles de connaître. C’est là que se situe la grande différence entre les deux types de science-fiction.

De ce fait, il est impossible de supposer que la science-fiction lointaine soit le reflet futur de la vie telle que nous la connaissons. Impossible car bien trop éloignée de nous dans le temps. D’ailleurs, aucun d’entre nous ne saura jamais ce qui se passera en l’an 2654… à moins que l’immortalité soit découverte.
Il en est donc tout à fait autrement avec la science-fiction d’anticipation. Situer une histoire en 2030 permet à chaque lecteur de se la représenter relativement facilement. Dès lors, il est en mesure d’identifier précisément les éléments de référence censés conduire à la situation dans laquelle vous avez décidé de placer votre récit. Que votre anticipation s’avère finalement exacte ou complètement erronée n’aura alors que peu d’importance.
Vous devez donc vous demander, avant même d’écrire votre histoire, si vous souhaitez lui donner une apparence réelle (anticipation), ou bien si vous préférez explorer une période temporelle plus lointaine. Quoi qu’il en soit, ce choix appartient à vous seul. Il doit uniquement dépendre de vos préférences, de votre style littéraire, et bien sur du texte que vous désirez écrire.

Enfin, il est donc évident que la science-fiction peut influencer la réalité. Elle ne sera pas en mesure de la « créer », cependant des textes d’anticipation peuvent très bien amener à une certaine prise de conscience et influencer les idées, et éventuellement les actions, de certaines personnes.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Nouvelle interface gaphique

Désormais beaucoup plus axé sur la science-fiction, qui est sans conteste le genre littéraire qui l’attire le plus, j’ai pensé qu’une évolution de l’interface graphique du site ne serait pas superflue. Aussi, alors que l’ancienne affichait  un style plus « journalistique », la nouvelle représente bien mieux, selon moi, ma vision d’auteur de science-fiction.

Un futur sombre, dans le sens où l’humanité part sérieusement de travers au fur et à mesure que le temps et les époques passent, mais avec un pointe de clarté marquant un espoir persistant qu’une prise de conscience générale puisse encore faire évoluer les chose de façon positive. Quoi que si je devais par exemple citer un film qui décrit l’avenir que nous sommes en train de créer, il ne s’agirait pas de quelque chose du genre Terminator, mais plutôt Idiocracy.