Aux armes citoyens…

image issue du site : http://philitt.fr/

… Formez vos bataillons. Marchons, marchons ! Qu’un sang impur, Abreuve nos sillons !

La Marseillaise, chant guerrier au possible, chant de la Révolution et chant du peuple de l’époque contre la tyrannie dirigeante. La Marseillaise, hymne de tout un peuple, symbole de l’unité et du ras le bol de toute une partie du pays contre les « classes supérieures ». La Marseillaise, originaire de Strasbourg, reprise partout et adoptée en tant que valeur nationale. La Marseillaise, chant de la Révolution et de la Révolte, écrit en 1792… et toujours d’actualité.

Aujourd’hui rien n’a changé par rapport à 1792. Les « seigneurs » d’aujourd’hui continuent de jouir de privilèges (sociaux, financiers…) et de passes droits innombrables alors que le petit peuple (citoyen de base) doit se dépatouiller lui-même pour tenter de survivre dignement.
Les « seigneurs » contemporains continuent de se plaindre de leurs « faibles » rémunérations de plusieurs milliers d’euros pendant que le « petit peuple » meurt à petit feu sous les taxes et impôts qui lui sont assénés continuellement à lui et à son SMIC ridicule.

Taxe d’habitation, impôts sur le revenu, augmentation de TVA, taxe sur les cours d’eau traversant les terrains (nouveauté 2014), taxe sur les eaux pluviales urbaines (encore une nouveauté 2014), augmentation de la taxe sur les métaux précieux… Le petit peuple, également nommé contribuable, n’a qu’une seule fonction de nos jours… Engraisser toujours plus ces « seigneurs » remplis de mépris et de fausse compassion.

Les libertés glanées au fil des siècles par nos ancêtres disparaissent les une après les autres. La dernière en date, pas plus tard qu’hier, la liberté d’expression, sacrifiée sur l’hôtel de la « bien pensance » par un Ministre Sinistre de l’intérieur en mal de médias, appuyé par un Conseil d’Etat à la solde du pouvoir (les membres du conseil d’Etat sont désignés par les seigneurs eux-mêmes…) n’hésitant pas à remettre en cause, en l’espace d’une heure et demi seulement, plus de 15 années de jurisprudence.
Pendant ce temps là, des questions essentielles pour le petit peuple que nous sommes passent au second plan. Quid de la lutte contre la crise économique ? de la lutte contre le chômage, contre les fraudes fiscales des multinationales ? Quid de la dette faramineuse de la France, de l’Europe et de l’ensemble des pays dits industrialisés ? Quid des recommandations du FMI (Fond Monétaire International) qui recommande aux Etats (aux « seigneurs » donc) de puiser dans l’épargne du petit peuple pour tenter de résoudre ce qu’ils ont eux-même, avec la complicité des principaux groupes bancaire, causé comme dommages à la nation et au monde dans son ensemble ?

Ne rêvez pas, français, françaises… La France n’a plus de « République » que le nom. La France, au même titre que de nombreux autres Etats, est une dictature. Tout est fait pour cacher la situation réelle au petit peuple. Il ne manque plus qu’une police politique et des camps de travail pour que le tableau dictatorial soit complet.
Les médias sont contrôlés de A à Z par les « seigneurs » et leurs amis du monde de la finance. Ne prenez pas pour argent comptant ce qui vous est annoncé sur TF1, France 2, M6 ou n’importe quelle autre chaîne gratuite ou payante. Informez-vous par vous même, regagnez votre liberté de pensée (et de penser). Arrêtez de nourrir ce système pourri jusqu’à la moelle et retrouvez également votre liberté de conscience.

Et surtout, peuple de France et de Navarre, rappelle-toi bien cette citation de Benjamin Franklin : « Celui qui est prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et fini par tout perdre« .
Aujourd’hui nous en sommes là. Nos libertés diminuent à vu d’œil pour des prétextes fallacieux… de sécurité (violences, terrorisme et j’en passe et des meilleurs). Rien n’a changé depuis la dernière vraie Révolte du peuple de France il y a plus de deux siècles. Rien.
Malheureusement, ceci n’est pas de la science-fiction. C’est le monde dans lequel nous vivons actuellement. Un monde qui part en sucette (pour ne pas être grossier) sans que personne ne bouge le petit doigt, aveuglé par des chimères.

Aussi, pour citer une nouvelle fois la Marseillaise : « Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons. Marchons, marchons. Qu’un sang impur, abreuve nos sillons ! »

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND