Auto-édition : Conseils de mise en page

La mise en page de son manuscrit est une étape cruciale devant précéder la publication de votre ouvrage. Elle doit cependant respecter des normes assez strictes afin de ne pas pénaliser votre futur ouvrage lorsqu’il sera enfin imprimé.

La mise en page d’un texte comprend tout ce qui touche aux caractères (police, taille…), ainsi que tout ce qui est en rapport avec l’ergonomie de votre ouvrage (interligne, marges…). Il est primordial de ne surtout pas passer cette étape à la va vite, sous peine de fortement réduire les chances de succès de votre ouvrage.

La police d’écriture : Le premier conseil est de ne surtout pas utiliser une police fantaisiste pour votre texte. En effet, celles-ci peuvent être belles et très attirantes à l’œil, il n’en reste pas moins qu’elles ne sont pas du tout adaptées à l’écriture d’un roman, ni même d’une nouvelle.
Il est plus que recommandé d’utiliser des police bien plus classiques telles que Verdana, ou encore Time New Roman. Il est bien sûr possible d’en utiliser d’autres, à condition qu’elles restent faciles à lire et qu’elles n’agressent pas les yeux. Votre objectif étant de captiver le lecteur tout le long de votre histoire, si vous l’onligez à fournir un effort permanent rien que sur la police elle-même, il n’ira jamais jusqu’au terme de votre livre, aussi bon soit-il.

L’autre point important impliquant la police d’écriture est la taille que vous allez utiliser. Disons le de suite, il ne faut pas qu’elle trop grande ni trop petite. A moins d’être destiné à des personnes mal voyantes ou à de enfants de moins de dix ans, la taille de la police ne devra pas excéder 12.
De même, si vous souhaitez adopter une approche écologique et réduire le nombre de pages de votre ouvrage, vous devrez prendre garde à ce que le texte ne soit pas trop petit. A cet égard, il est préférable de ne pas écrire dans une police inférieure à 10. C’est la limite à partir laquelle la qualité de lecture commencera réellement à diminuer et aura une incidence sur le lecteur.

L’interligne : Cette question peut paraître un peu anecdotique, mais elle a son importance dans l’aération de votre texte, et donc dans l’intérêt qu’aura à vous lire le lecteur. Il ne faut malgré tout pas en abuser. Un interligne simple, voir de 1,5, fera généralement l’affaire.

Les marges : De façon générale, les marges sont toutes d’environ deux centimètres. Cela permet là encore une aération plus marquée de votre texte.
Néanmoins, si vous souhaitez une nouvelle fois vous placer d’un point de vue écologique, vous pouvez facilement jouer de quelques millimètres sur leur taille. L’impact sur une seule page sera forcément limité, mais pour un ouvrage de deux cents pages, par exemple, une réduction des marges vous permettra de réduire d’environ 15% le nombre de pages et donc la quantité de papier utilisée. Gardez tout de même bien à l’esprit que les marges sont nécessaires, et qu’elles ne doivent pas être réduites au delà de 1,5 / 1,6 centimètre. Tout en sachant que la marge intérieure doit être plus grande que l’extérieure, afin de prendre en compte efficacement la perte due à la reliure.

Quel logiciel utiliser : La mise en page d’ouvrage peut être réalisée à l’aide de logiciels professionnels, bien évidement. Mais les logiciels de traitement de texte grand publique libres et gratuits (Libre Office / Open Office) sauront parfaitement réaliser ce travail de mise en page, sans que le résultat final ne s’en fasse sentir.

Travail professionnel : La mise en page étant l’un des points les plus importants à respecter pour tout ouvrage se voulant de qualité professionnelle, il n’est pas bon de la réaliser à la va vite en se disant que ce n’est pas grave si elle n’est pas parfaite. Aussi, la confier à un professionnel peut s’avérer très utile pour ne pas que votre ouvrage soit finalement mis à l’écart car ne respectant pas les « normes » de l’édition. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai moi-même créé mon propre service d’aide à l’auto-édition, Troisième Monde, Proposant entre autres la mise en page des ouvrages : http://troisièmemonde.fr

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND