Des nouvelles au roman… il n’y a qu’un pas

La nouvelle est un genre littéraire particulier. Elle se doit de ne mettre en scène qu’un nombre restreint de personnages, avec un déroulement actif de l’histoire, tout en se terminant par une chute le plus inattendue possible. La nouvelle doit donc être un texte court. Mais pourquoi ne pas aller plus loin ?

A contrario, un roman est une histoire longue, multipliant les personnages, les situations, les descriptions, ou encore les rebondissements.
Mais pourquoi ne pas partir sur un autre genre littéraire ? Des nouvelles qui, mises bout à bout, formeraient une histoire longue…  Une série d’histoires courtes développant chacune leurs propres rebondissements et chutes, formant au final une histoire longue qui pourraient être lue telle un roman.

La littérature ne doit pas être quelque chose de figé dans le temps. La littérature n’est pas un élément secondaire de la culture. Malgré l’omniprésence du numérique, internet, télévision… elle se doit de savoir évoluer pour subsister et conserver une véritable influence et importance culturelle.
Ecrire, lire… sont des activités nécessaires au bon développement de chacun. Plutôt que de se morfondre de l’importance sans cesse plus grande du numérique et du virtuel, il faut profiter de ces technologies, accessibles au plus grand nombre, pour redonner ses lettres de noblesse, aux yeux des plus jeunes du moins, à la littérature.

Ainsi, de petites histoires courtes, nouvelles, adaptées de façon à former une seule histoire longue, proche du roman, est une solution à étudier sérieusement pour intéresser le plus grand nombre de personnes possible, tout en faisant vivre la littérature.
C’est pour cette raison que j’ai décidé de tenter de développer ce nouveau style à partir de l’une de mes nouvelles, à savoir Destruction Cérébrale.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Une pluie de nouveautés en tous genres…

Nous sommes le 7 août et demain nous serons le 8. Je suis à peu près certain que ces dates ne vous évoquent probablement pas grand chose. Rassurez-vous, il est de même pour moi. Néanmoins, plusieurs nouveautés sont à venir dès… demain…

A commencer par la parution officielle du guide de l’auto-éditeur, qui sera dès lors disponible en version papier à 7,40€, ainsi qu’en version eBook à 1,95€. Ce qui tombe finalement parfaitement bien, car c’est demain que je serais en mesure d’offrir le premier exemplaire à mes parents. Mais passons…
Vous serez en mesure d’en savoir plus sur ce guide, et même vous le procurer, via cette page (qui n’est pas encore accessible au moment de la publication de cet article).

Si vous avez bien fait attention à l’adresse de lien ci-dessous, vous avez sans doute noté qu’il s’agissait d’un domaine bibliotheque.universparallele.fr.
C’est là la seconde nouveauté. Je l’avais d’ailleurs évoquée il y a quelques semaines. Je mets en place ma propre bibliothèque en ligne, qui regroupera l’ensemble de mes textes et ouvrages. Celle-ci me permettra de tout centraliser, à l’heure où tout l’internet mondial est en mode décentralisation, facilitant ainsi la diffusion de toutes mes créations sur l’ensemble de mes sites. Désormais la règle, concernant mes textes, sera « un texte, une page web ». Peu importe le site depuis lequel vous serez amené à lire un de mes textes en particulier, votre destination sera toujours la même.
Une rubrique assez inhabituelle fera également sont apparition au sein de cette bibliothèque. Il s’agira pour moi de vous présenter les coûts estimés de chacun de mes ouvrages. Et entre les heures passées à écrire, à mettre en page, ou encore les coûts des couvertures, vous serez surpris des chiffres que vous verrez.
Et pour plus de facilité, le site lui-même, en plus de tous mes textes, sera placé sous licence creative commons. Donc n’hésitez plus. Dès demain, mercredi 8 août 2012, l’adresse de toutes mes créations littéraires sera http://bibliotheque.universparallele.fr !!

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND