[MàJ] 1906 : ma nouvelle histoire… de science-fiction

image issue du site : http://vetstar.over-blog.com/

image issue du site : http://vetstar.over-blog.com/

[Mise à Jour du 12.02.2013] : Mise en ligne, à la suite de la première partie, de la seconde partie.

Mise en ligne de la première partie de 1906, ma prochaine nouvelle de science-fiction. Il s’agit de l’histoire d’une jeune doctorante en radio-astronomie qui effectue une découverte aussi inattendue qu’inespérée. Une découverte qui va déboucher sur quelque chose d’encore plus exceptionnel, susceptible de remettre en cause toute l’Histoire du XXème sciècle.

Toujours en cours d’écriture, les sept premières parties sont actuellement sortie de mon esprit, parfois aisément, parfois un plus difficilement. Les parties suivantes seront mises en ligne petit à petit, jusqu’à la conclusion finale.
Sans surprise, chaque partie de la nouvelle est, et sera, diffusée sous licence Creative Commons by-nc-nd, autorisant sa libre diffusion à titre gratuit, tout comme son partage.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Out of Earth est disponible !

Depuis aujourd’hui, la version papier de Out of Earth est disponible. Vendue au prix de 4,40€, la nouvelle possède une couverture souple brochée. Quelques autres des caractéristiques :

  • format A5 – 36 pages – broché (version papier) et PDF sans DRM– (version électronique)

  • ISBN : 978-2-36820-000-1

  • diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND 3.0 France

  • prix de vente de 4,40 € TTC pour la version papier et de 1,35 € TTC pour la version électronique.

De plus, l’achat de la version papier permet de profiter, sur simple demande et de façon totalement gratuite, de la version électronique (PDF) de Out of Earth. Celle-ci étant bien sur disponible sans verrou électronique ni aucune autre forme de protection, qui plus est sous licence Creative Commons BY-NC-SA. elle est de fait lisible sur n’importe quel appareil (ordinateur, tablette…) prenant en charge le format PDF.

Voici, pour rappel, le synopsis de l’histoire tel qu’il apparaît sur la quatrième de couverture :

Un jeune homme, écrivain, a l’occasion de quitter la Terre. Désappointé par la façon dont à évolué l’espèce humaine et ayant l’opportunité de réaliser son plus grand rêve, il accepte. Il s’apprête à élire domicile dans l’espace.

« Si j’avais un vœux à faire, je quitterais ce monde pourri par les guerres, la cupidité, l’avarice et l’Homme. Peu importe les dangers que cela impliquerait, j’embarquerais sans hésiter à bord du premier vaisseau s’envolant en direction des étoiles. Quitte à vivre dans l’obscurité, je préférerais celle de l’espace à celle de l’Homme. »

« L’Homme n’est pas une erreur de la Nature. C’est un prototype expérimental dont la seule particularité est d’avoir été programmé pour s’auto-détruire en cas d’échec, sans même en prendre conscience.»

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Le « Galilée » quitte la Terre !

Le vendredi premier février à 00h01 précises, le « Galilée » a quitté la Terre. A son bord, un jeune homme, écrivain, prénommé Adrien. Passionné d’astronomie et de science-fiction, le voilà désormais la tête dans les étoiles, vivant enfin son rêve spatial.

« Je ne supportais plus la façon dont évoluait l’humanité. J’ai besoin de changement, de solitude et d’espace. Il m’est nécessaire de mettre une distance infinie avec la cupidité sans cesse plus grande de l’Homme. Je ne suis pas parfait, loin de là. Mais je reconnais volontiers mes défauts. Je sais que tout ceci risque de paraître, aux yeux de certains, comme de la vantardise, mais peu importe. Je sais qui je suis, et surtout ce que je suis ! »

Voici donc ses dernières paroles, prononcées quelque secondes seulement avant son embarquement vers l’infini de l’Univers, en direction de l’étoile de Barnard, située à six années lumière de la Terre. A sa vitesse de croisière, il mettra plusieurs décennies avant d’atteindre sa cible. Peu importe. Il s’agit de toute façon d’un voyage sans retour.
La question que nombre de spécialistes se pose et de savoir si, mentalement parlant, il tiendra le choc. La seule expérience d’envergure, Mars 500, menée afin d’étudier le comportement d’hommes coupés du monde pendant une longue période n’a durée que cinq cents jours environ. Son périple à lui durera trente fois plus longtemps. L’autre grande inconnue réside dans sa préparation physique…

Suivez dès maintenant cette aventure hors du commun et plongez-y sans en manquer la moindre miette !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Le comptoir des lettres : Partagez vos textes avec une communauté de passionnés

Quoi de mieux, quand on est écrivain, que de pouvoir obtenir le point de vue de lecteurs extérieurs sur ses textes ? N’est-ce pas là la meilleure solution pour faire évoluer son propre style, mais aussi pour faire progresser son écriture ?

De nombreux sites internet proposent ce genre de « services ». Néanmoins, certains sont très peu fréquentés, d’autres pour le moins inaccessibles du fait de leur taille trop importante. Il en existe cependant qui parviennent à conserver une taille humaine. C’est notamment le cas du « forum littéraire » le Comptoir des lettres.
Existant depuis une toute petite année, il regroupe cent trente quatre auteurs (à l’heure actuelle) ayant publié au moins un texte sur le site. Différentes catégories sont présentes, telles que « poèmes », « haïkus », « nouvelles » ou encore « textes longs ». Le genre des textes est lui totalement libre. Qu’il s’agisse de textes policiers, fantastiques ou de science-fiction, tous sont acceptés. Bien sûr, chacun est invité à commenter les diverses productions publiées. Le but étant évidemment de faire vivre le forum.

Actuellement a même lieu un concours ouvert à tous les membres (l’inscription au forum et la publication des ses textes est totalement gratuite). Ce concours vise à fêter la première années d’existence.
Pour ce qui est des commentaires des membres du forum, ceux-ci sont très constructifs et courtois. Même lorsqu’un lecteur ne parvient pas forcément à se plonger dans un texte, les remarques faites sont constructives et permettent d’avancer convenablement. Tout n’est pas encore parfait, puisqu’il serait bon que le nombre de commentateurs gagne un peu en importance, mais est-il vraiment possible de tourner cela sous forme de « critique » ? D’autant plus qu’étant moi-même un pîètre commentateur, mes contributions restent assez faibles.
A noter également la présence d’auteurs/commentateurs « historiques », présents sur le site depuis un long moment, qui contribuent grandement à son animation et à son évolution. De son côté l’interface graphique n’a rien d’exceptionnel et apparaît comme un peu « vieillotte », mais s’agit-il d’un point négatif ? Je ne pense pas !

Un site donc à recommander pour partager ses textes avec une vraie communauté de passionnées amateurs et bénévoles, mais aussi pour découvrir de nombreux styles tous plus différents les uns que les autres. Que vous soyez un auteur, lecteur, amateur ou averti, vous y serez les bienvenus.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Lulu.com… peut (largement) mieux faire

lulu-logoJe ne le cache pas, mes ouvrages sont imprimés à la demande par la société lulu.com. C’est à dire que les exemplaires sont imprimés au fur et à mesure des commandes passées. C’est un système qui permet une meilleure flexibilité, tant pour le lecteur que pour l’auteur. En l’occurrence moi. Néanmoins, un gros point noir est à noter.

Depuis très longtemps déjà, lorsqu’un lecteur commande l’un de mes ouvrages,  pour plus de « facilité », il lui et demandé de passer commande directement par la boutique mise en place par lulu.com. Si je n’ai jamais eu le moindre soucis d’ordre technique en ce qui concerne l’ensemble de mes ouvrages, quelques « investigations » sur les coûts secondaires pratiqués par cette société viennent de me sauter aux yeux.
En effet, souhaitant commander quinze exemplaires supplémentaires de Out of Earth (à paraître dans trois jours), j’ai une nouvelle fois pu constater les tarifs exorbitant pratiqués en ce qui concerne les frais de port. Vingt-cinq euros pour quinze petits exemplaires ! De plus, en me penchant un peu plus sur les frais annexes, je me suis rendu compte que tout ce qui était indiqué jusqu’à présent était hors taxes. Ce qui alourdissait encore le prix de vente de la TVA.
Un peu énervé par cette découverte, j’ai voulu tester ce qu’il en était pour un lecteur lambda désirant acheter l’un de mes ouvrages. Je me suis déconnecté de mon compte et ai entamé une procédure d’achat classique. Et… un résultat identique. Pour tout achat de Out of Earth, dont le prix est fixé à 4,40 €, il aurait été nécessaire à n’importe quel lecteur de débourser en plus 3,99 € de frais de port, auxquels s’ajoutent 1,02 € de TVA. Une petite nouvelle de trente deux pages passant ainsi de 4,40 € prix fixé par l’auteur, à 9,41 € !

Fort de cette constatation, j’ai décidé de modifier le mode de commande, dans un premier temps uniquement pour Out of Earth. Mes autres ouvrages attendrons que mes moyens me permettent d’en faire autant.
Ainsi, les lecteurs souhaitant passer commande de Out of Earth, à partir de vendredi premier février, ne seront plus dirigés vers le site de lulu.com. Tout se passera directement depuis mon site. Cela signifie que je gérerais moi-même les commandes, et que je mettrais en place un petit stock d’ouvrages. Des ouvrages que j’expédierais alors moi-même  selon les commandes.
Cette méthode me demandera de fait d’investir quelque peu dans la constitution de ce stock, mais permettra à chaque lecteur d’économiser 2,41 € par rapport aux tarifs Lulu.com. En effet, Out of Earth restera bien sur à 4,40 €, mais faisant profiter à chacun des remises que m’accorde Lulu en tant qu’auteur, le montant des frais de port ne sera plus que de 2,60 €, et la TVA facturée par Lulu intégralement prise à ma charge. De cette maniète, Out of Earth ne reviendra plus qu’à 7 € pour le lecteur !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Pré-réservation et remise sur Out of Earth

collage of 5 pictures with planets

Mise à jour du 29 janvier : Suite à une importante modification de la méthode de distribution de Out of Earth, la remise dont il est question dans cet article n’est plus d’actualité. En revanche, le coût total de l’ouvrage s’en trouve fortement réduit pour les lecteurs. Pour plus d’informations, voir ici.

Out of Earth ne sera officiellement disponible que dans huit jours. Il est pourtant, dès à présent, possible de pré-réserver l’ouvrage, et ce jusqu’à mercredi prochain -30 janvier 2013-  à 23h59. En outre, une remise exceptionnelle de 10% est liée à cette offre de pré-réservation. Ainsi, pendant six jours seulement, Out of Earth est disponible au prix de 3,96 € au lieu de 4,40 €.

De plus, l’achat de la version papier permet de profiter, sur simple demande et de façon totalement gratuite, de la version électronique (PDF) de Out of Earth. Celle-ci étant bien sur disponible sans verrou électronique ni aucune autre forme de protection, qui plus est sous licence Creative Commons BY-NC-SA. elle est de fait lisible sur n’importe quel appareil (ordinateur, tablette…) prenant en charge le format PDF.

Voici, pour rappel, le synopsis de l’histoire tel qu’il apparaît sur la quatrième de couverture :

Un jeune homme, écrivain, a l’occasion de quitter la Terre. Désappointé par la façon dont à évolué l’espèce humaine et ayant l’opportunité de réaliser son plus grand rêve, il accepte. Il s’apprête à élire domicile dans l’espace.

« Si j’avais un vœux à faire, je quitterais ce monde pourri par les guerres, la cupidité, l’avarice et l’Homme. Peu importe les dangers que cela impliquerait, j’embarquerais sans hésiter à bord du premier vaisseau s’envolant en direction des étoiles. Quitte à vivre dans l’obscurité, je préférerais celle de l’espace à celle de l’Homme. »

« L’Homme n’est pas une erreur de la Nature. C’est un prototype expérimental dont la seule particularité est d’avoir été programmé pour s’auto-détruire en cas d’échec, sans même en prendre conscience.»

Pour profiter de ces avantages, cliquez ici !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

La déclaration de Dépôt Légal

Le Dépôt Légal est une étape obligatoire avant la publication de votre ouvrage. Velui-ci s’effectue auprès la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il ne doit absolument pas être négligé, d’autant qu’il s’applique à de très nombreuses formes de créations. Qu’il s’agisse d’un livre, d’un vidéogramme, d’un document sonore…

Le défaut de Dépôt Légal, si il est jugé comme étant volontaire, peut conduire à une amende pouvant aller jusqu’à 75 000 euros. Autant dire qu’il est préférable de prendre quelques minutes de sa vie pour effectuer cet acte légal. Car il faut bien le dire, celui-ci est particulièrement simple, rapide et gratuit.
Avant, il y a quelques petites années, l’ensemble de la déclaration de Dépôt Légal s’effectuait par formulaire papier à envoyer en plusieurs exemplaires, accompagné de l’ouvre dont il était question, à la BnF. Aujourd’hui, pour gagner encore un peu plus de temps, l’opération peut s’effectuer en partie via internet. En effet, la BnF a mis en place un service destiné à effectuer les déclaration directement en ligne. Celui-ci permet de générer automatiquement le formulaire à renvoyer par voie postale, auquel sera joint un exemplaire de votre ouvrage. L’inscription y est évidemment libre et gratuite. En tout en pour tout, cela ne prend que cinq minutes, pas plus, pour tout déclarer.

Une fois la déclaration en ligne terminée, il faudra donc l’imprimer puis la joindre à votre ouvrage. Vous envoyez ensuite le tout à la BnF (l’adresse figure sur votre formulaire) en tant que simple courrier.
Ne vous cassez surtout pas la tête à timbrer cet envoi ! En effet, il vous suffit d’inscrire « Franchise Postale, Dépôt Légal, Code du Patrimoine – Article L. 132-1 » en lieu et place du timbre, pour que votre déclaration parte sans encombres et gratuitement à la BnF. Il peut parfois arriver que certains guichetiers n’aient pas connaissance de cette franchise postale et vous demandent de timbrer votre enveloppe. Expliquez-leur la situation, et exigez malgré tout que votre courrier soit posté tel quel, sans timbre. Il arrivera sans aucun soucis à destination.

Une fois tous les documents reçus, votre Dépôt Légal sera traité par la BnF sans que vous n’ayez à faire quoi que ce soit d’autre. A noter tout de même que le Dépôt Légal doit obligatoirement être effectué au plus tard, le jour de la mise à disposition au publique de votre œuvre.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Out of Earth : J-14

collage of 5 pictures with planetsDans 14 jours exactement, le 1er février 2013, la version papier de Out of Earth sera officiellement disponible. Tout d’abord écrite sous la forme d’une courte nouvelle de trois pages -librement accessible en ligne-, une suite a l’histoire a été écrite. C’est au final un ouvrage de science-fiction broché de 36 pages qui sera donc prochainement disponible, au prix de 4,40 €. Dans l’attente du 1er février, la version PDF de Out of Earth est déja disponible en ligne pour seulement 1,35 €.

Voici, pour rappel, le synopsis de l’histoire tel qu’il apparaît sur la quatrième de couverture :

Un jeune homme, écrivain, a l’occasion de quitter la Terre. Désappointé par la façon dont à évolué l’espèce humaine et ayant l’opportunité de réaliser son plus grand rêve, il accepte. Il s’apprête à élire domicile dans l’espace.

« Si j’avais un vœux à faire, je quitterais ce monde pourri par les guerres, la cupidité, l’avarice et l’Homme. Peu importe les dangers que cela impliquerait, j’embarquerais sans hésiter à bord du premier vaisseau s’envolant en direction des étoiles. Quitte à vivre dans l’obscurité, je préférerais celle de l’espace à celle de l’Homme. »

« L’Homme n’est pas une erreur de la Nature. C’est un prototype expérimental dont la seule particularité est d’avoir été programmé pour s’auto-détruire en cas d’échec, sans même en prendre conscience.»

Tout comme ses prédécesseurs, Out of Earth est publié sous licence Creative Commons BY-NC-ND, ce qui autorise une grande liberté de « manipulation » pour les lecteurs. Il est au format A5 et arbore la marque éditoriale UniversParallèle.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Out of Earth

QR Code Out of Earth

Voici ma dernière création. Une nouvelle, intitulée Out of Earth, plutôt axée science-fiction. Elle raconte l’histoire d’un jeune homme, écrivain, qui a l’occasion de quitter la Terre. Désapointé par la façon dont à évolué l’espèce humaine et ayant l’opportunité de réaliser son plus grand rêve, il accepte. Il s’apprête à élir domicile dans l’espace. Bien lui en a pris…

Tout comme l’ensemble de mes autres textes, celle-ci est publiée sous ma marque éditoriale Univers Parallèle. Sa visualisation, son téléchargement et son partage sont totalement libres et gratuits. Elle est diffusée sous licence Créative Commons BY-NC-ND.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Les Chroniques lifiennes : Des nouvelles au roman

MàJ du 21 novembre 2012 : Modification de la chute de Khéops (dernière phrase de la nouvelle), afin de la rendre plus en adéquation avec le nouveau genre développé pour les Chroniques lifiennes.

———————

Je l’annonçais il y a une dizaine de jours, des nouvelles peuvent parfaitement donner naissance à un roman. Un roman d’un style assez particulier, mais formant une véritable histoire. C’est ainsi que prennent naissance les Chroniques lifiennes, une histoire basée sur la nouvelle Destruction Cérébrale.

Ces chroniques raconteront l’histoire des lifiens, une race extra-terrestre technologiquement avancée et grandement liée à l’évolution et à l’Histoire de l’Homme. Une race extra-terrestre jusqu’alors inconnue de l’espèce humaine.
La deuxième nouvelle composant cette histoire vient d’ailleurs d’être publiée. Intitulée Khéops, celle-ci prend place dans un décor de sable et pyramides, puisqu’elle se déroule, comme son nom l’indique, au sein de la monumentale pyramide de Khéops, en Egypte.

La lecture à la suite de ces deux premières nouvelles des Chroniques lifiennes peut laisser apparaître certains éléments allant en contradiction les uns des autres. Il s’agit d’une situation parfaitement normale, puisqu’elle servira de base au troisième texte des Chroniques lifiennes. Un texte 100% (ou presque) extra-terrestre…
Alors à vos écrans, puisque les Chroniques lifiennes, histoire de science-fiction si il en est, sont accessibles librement et gratuitement en ligne (ici), et sont bien évidement placées, tout comme l’ensemble des articles de ce blog, sous licence Creative Commons BY-NC-ND.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND