L’Homme (de base) n’est qu’un pantin inerte sans amour propre

h-4-2037111-1271524506J’aime, régulièrement, me lancer dans des diatribes assez fortes à l’encontre de l’Homme. Diatribes selon lesquelles il n’est, pour ainsi dire, rien du tout comparé à tout ce qui l’entoure. Des diatribes selon lesquelles sont passage sur Terre n’est qu’illusoire et qu’il n’y laissera pas de grande trace. Cette fois, je vais tout de même faire une légère différence entre deux types d’Hommes, les castes supérieures et les simples pantins…

« Selon que vous serez puissant ou misérable »… comme le disait la chanson. Les puissants tirent les ficelles, les misérables subissent. Les puissants décident, agissent et se lavent les mains des conséquences de leurs actes. Les misérables, eux, obéissent, nettoient les pots cassés et ferment leurs gueules sans trouver mot à redire.
L’exemple le plus flagrant ? Avant-hier, à Chypre. L’Union Européenne se gargarise d’avoir « sauvé l’île de la faillite bancaire ». La solution, comme d’habitude, de ponctionner un peu partout sans se préoccuper des conséquences. Grande nouveauté, spolier les épargnants d’une partie de leur épargne afin de faire entrer plusieurs milliards d’euros dans les caisses de l’Etat… Le pékin moyen, qui a économisé toute sa vie sur son travail, ses vacances, …, pour tenter d’améliorer un peu son existence, se retrouve délesté, comme ça, sur la décision d’une bande de bureaucrates grassement payés et sans scrupules, d’une partie de ses économies d’une vie.

Pourtant, qui sont les réels responsables de la situation de l’Europe et même du monde entier ? Les simples citoyens, ou les élites dirigeantes qui ont laissé faire sans jamais intervenir du moment que l’argent coulait à flots ?
Néanmoins, les « pantins » ont aussi des responsabilités dans tout cela. Ces « pantins » (desquels je fais moi-même partie), qui acquiescent bien gentiment sans trouver mot à redire. Une petite manifestation par-ci par là, deux ou trois revendications à moitié cédées pour donner un peu d’importance à ceux qui n’on ont pourtant aucune… Et si tout cela ne fonctionne pas, il suffit aux puissants de « diviser pour mieux régner » pour que tout rentre dans l’ordre jusqu’à la prochaine fois.

Les faits sont là… Heureusement, au cours de l’Histoire les « pantins » ont su montrer qu’il y avait des limites à l’acceptable. A chaque fois, ils sont parvenus à renverser les puissants, au prix de nombreux sacrifices, consentis cette fois, et de luttes acharnées et non « réglementaires ». C’est ce qui s’appelle la Révolution !
Une Révolution qui peut prendre n’importe quelle forme et pas nécessairement celle des haches et des torches de 1789. Une Révolution qui menace de plus en plus tellement les puissants continuent de tirer sur la corde, toujours un peu plus, sans remords et sans se soucier de quoi que ce soit. Sauf que quand cette corde va céder…
A moins que… lobotomisés par la ces émissions télé sans queue ni tête, apeurés par des actualités toujours plus négatives, divisés par la caste supérieure… les pantins ne continuent d’accepter tout ce qui leur est imposé sans broncher, toujours prêt à « sacrifier un peu de liberté pour un peu de (pseudo) sécurité […] ne finissent par perde les deux ». Et ce vers quoi tend la société actuelle. Peut-être qu’arrivé à ce stade, les mentalité évolueront enfin et pousseront à une certaine forme de rébellion.

Malheureusement, jamais un troupeau de moutons tondus ne s’est retourné contre son « berger »…

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Payer pour avoir le droit de feuilleter des livres en librairie

HarperCollins-LogoFaire payer les clients des librairies pour qu’ils soient autorisés à feuilleter des livres dans le magasin… Voici une idée novatrice, plutôt intelligente et bien pensée… Elle est issue d’une pointure du monde de l’édition et me paraît absolument fantastique… ou pas !

C’est la PDG de la maison d’édition américaine HarperCollins, Victoria Barnsley qui a eu cette « idée qu’elle est brillante », dans le but d’attirer de nouveau les lecteurs dans les… librairie, afin d’enrayer la chute du nombre de ventes de livres papier. Il va sans dire qu’il s’agit là de l’idée du siècle, et qu’elle rivalise tout particulièrement avec les délires de Pascal Nègre, PDF d’Universal Musique France. A croire qu’entre PDG de la « culture », la mode actuelle est à celui ou celle qui sortira la plus grosse.

Sérieusement, comment vouloir attirer des gens dans les librairies en les obligeant à payer dès l’entrée de la boutique, pour qu’ils puissent être autorisés seulement à feuilleter des livres ? C’est aujourd’hui officiel… les cons ça ose tout, et c’est à ça qu’on les reconnaît.
Dans la même veine, je propose de faire payer un loyer à tous les sans abris. Ben oui, puisqu’ils dorment la rue, ils empiètent sur l’espace publique. Pourquoi pas aussi, faire payer à chaque individu l’oxygène qu’il consomme au cours de sa vie. Cela serait peut-être une solution au problème de la pollution de l’air.

En outre, il existe bien d’autres solutions afin de redynamiser les librairies. Comme je l’ai déjà évoqué la semaine dernière, ce qu’il faut c’est changer l’image de la librairie auprès de la population. Créer de vrais coins thématiques, y introduire les eBooks, réduire les stocks et fonctionner un peu plus à flux tendus…
Même si toutes ces propositions ne sont pas forcément parfaites où adéquats, elles restent tout de même plus réalistes que cette idée de la la « Dame » dont il est question ci-dessus. Une librairie n’est pas un magasin comme un autre, et c’est là dessus qu’il faut appuyer à mon sens, pour avoir une chance de redresser la barre de fréquentation.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

source : Actualitte.com