Les concours de nouvelles

image issue du site : http://enviedecrire.com

Les concours de nouvelles peuvent être l’occasion, pour un auteur, de sortir quelque peu de son propre style et surtout, de plancher sur des sujets qu’il n’aurait jamais aborder en temps normal. Dans un autre registre, ils peuvent également permettre d’acquérir une petite renommée.

De nombreux concours de nouvelles sont organisés tout au de l’année partout en France. Bien souvent ouverts à tous les auteurs (mis à part parfois ceux édités à compte d’éditeur), chacun peux librement décider de participer à ces concours si il le souhaite.
L’intérêt principal pour l’auteur est de pouvoir écrire sur des sujets très variés et parfois même très vastes. A priori, écrire une nouvelle de quelques pages sur des sujets tels que « Le rêve » ou « Bout de papier » peu paraître assez particulier. Il n’en est pourtant rien. Une fois l’inspiration trouvée, l’auteur s’étonne lui-même de la façon dont il a traité la chose. D’autant plus, à condition de ne pas s’y prendre au tout dernier moment, le délais d’écriture et d’envoi des nouvelles amenées à concourir est généralement de plusieurs mois. Soit largement de quoi écrire un texte inédit de seulement quelques pages.

Souvent organisés par de bibliothèques, des associations ou de petites communes, ces concours de nouvelles peuvent être soit payants, soit gratuits. Certains nécessites l’envoi de sa nouvelle en plusieurs exemplaires (selon le nombre de membres du jury) par voie postale, et d’autres acceptent ces envois par email.
Du côté de l’auteur, les lauréats des concours sont, là aussi, récompensés de plusieurs manières possible. Il peut s’agir de récompenses sous forme de livres, ou encore sous forme d’un séjour offert dans la commune organisatrice. Néanmoins, dans d’assez nombreux concours, la récompense pour les vainqueurs est une récompense financière. Selon l’importance de la manifestation et les moyens de l’organisateur, les sommes peuvent aller d’une centaine d’euros jusqu’à mille euros. Certains concours offrant certainement encore plus, mais ceux là je ne les ai pas encore débusqués.
Malgré tout, il ne faut pas se lancer dans un concours de nouvelles uniquement par appât du gain. Car remporter le premier prix parmi plusieurs centaines d’auteurs participants n’est pas chose aisée. D’autant plus que tous textes concourants doivent être anonymisés. Non, le véritable intérêt de ceux-ci, c’est justement de permettre de découvrir de nouvelles facettes de l’écriture, tout en abordant des sujets auxquels très peu d’auteur penseraient par eux-même.

Pour tout les auteurs qui seraient intéressés par ce genre de concours, voici un site en listant un grand nombre et pour tous les goûts. A chacun ensuite de faire le tri entre ceux qui sont susceptibles de l’intéresser ou pas.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Un thème d’histoire « philosophique »

La philosophie, matière Ô combien importante dans le programme de tout élève de terminale se respectant, a une particularité assez fascinante, dans le sens où plus on dit d’âneries incompréhensibles, plus le professeur est content et nous apprécie. Autant le dire tout de suite, bien qu’assez pertinent lorsqu’il s’agit de dire n’importe quant il s’agit de rigoler, je n’ai jamais réussi à saisir les subtilités philosophiques de la philo…

Pourtant, voilà que depuis deux trois jours je me suis mis à écrire sur des thèmes qui pourraient presque s’apparenter à des sujets de philo. La honte…
Et bien non. Car ces thèmes sont ceux de concours de nouvelles. Bien souvent, ce sont des associations qui les organisent dans le cadre de salons ou de manifestations diverses. Des concourt dont le règlement évolue de l’un à l’autre, et, lorsque les thèmes sont imposés, ceux-ci se résument souvent à quelque chose comme « jardin secret », « bout de papier », ou encore « le rêve ». Rien de bien plus explicite que la philo en quelque sorte.
Si ce n’est que dans ce cas, il s’agit de créer sa propre histoire courte, dont la taille est généralement inférieure à dix pages. Ce n’est pas facile à faire et cela prends du temps, même pour quelque chose de si court. Malgré tout, l’intérêt de ce genre de travail dépasse largement, à mon goût, celui de n’importe quel travail philosophique.

Bien que les thèmes soient, pour ainsi dire, réduit à leur plus simple expression, il n’en reste pas moins que c’est ce qui fait leur originalité, leur difficulté, ainsi que leur attrait. Ils laissent une liberté totale à l’expression imaginaire de chacun, et permettent de se lancer dans des textes vraiment originaux, dans lesquels il n’est pas possible de se plonger autrement qu’en étant guidé par un thème à l’apparence si étrange et si cadré.
Preuve en est que l’écriture est bien une histoire d’imagination, alors obligée de travailler à plein régime pour trouver une idée respectant la thématique, tout en étant suffisamment originale pour pouvoir se démarquer des autres textes.
Se plier à toutes ces exigences n’est pas évident, mais lorsque l’on y parvient, le résultat est souvent étonnant, pour ne pas dire, parfaitement satisfaisant et bluffant. Du moins à titre personnel… et ce jusqu’à délibération finale des jurys.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND